Hypnose et sommeil

with Pas de commentaire

Hypnose et sommeil peuvent être très bons amis. D’une part on parle de sommeil hypnotique et d’autre part, l’hypnose peut être d’une grande aide pour le traitement des troubles du sommeil.

Découvrez comment l’hypnose peut vous faire retrouver votre capacité à dormir “comme un bébé” en visionnant cette vidéo. Et partagez dès maintenant avec vos amis au moyen des boutons ci-contre.

00

Extrait du Café Hypnose “Sommeil : cultiver le repos”

00

Si vous préférez la lecture, voyez le transcription texte ci-dessous.

00

Hypnose et sommeil

Troubles du sommeil

Tout d’abord, quelques informations sur les troubles du sommeil. Dans notre société, nous avons un adulte sur cinq qui est victime de ces troubles du sommeil. Et sur ces personnes, il y a une personne sur deux pour qui c’est grave. Ces personnes subiront des effets secondaires vraiment néfastes sur la santé et sur l’humeur. Ils seront tout le temps fatigué, ils auront de la somnolence, des difficultés à travailler, etc.

Fondamentalement, il y a deux types d’insomnie. En premier lieu il y a le sommeil trop court, qui concerne les personnes qui n’arrivent pas à dormir suffisamment. Soit ils s’endorment tard, ce qui leur fait une nuit courte, ou alors qui se lèvent trop tôt ou encore qui se réveillent à 4 heures du matin et ne peuvent plus se rendormir.

Ensuite il y a ceux qui ont un sommeil perturbé. C’est-à-dire que les personnes en question dormiront huit heures, mais que ces heures de sommeil seront perturbées. Ces personnes-là n’ont pas l’impression de se reposer.

Nous allons voir de quoi est faite l’insomnie. L’insomnie provient dans la plupart des cas de l’anxiété. Un des problèmes les plus marquants chez les insomniaques, c’est qu’ils ont peur de ne pas s’endormir. Et cette angoisse de ne pas pouvoir dormir s’ajoute aux autres anxiétés.

Il est donc important de pouvoir retrouver confiance en son potentiel de dormir « comme un bébé ». On pourrait se dire : « je sais que j’ai ce potentiel en moi, je l’ai perdu quelques part en route, mais je le retrouverai ». Il faut ensuite laisser le temps à l’inconscient de faire son travail.

Quand on était enfant on dormait comme des loirs, sans problème. On se couchait, on dormait. Lorsqu’on est enfant c’est plus facile, le métabolisme sait comment procéder pour bien dormir. On pourrait alors se dire que l’âge est responsable de ce souci, mais ce n’est pas le cas. Toutes les personnes âgées ne dorment pas mal.

Si vous êtes sujets à l’insomnie, je vous conseille de faire quelque chose comme comme du développement personnel, lire des livres, faire du sport, du yoga, de l’hypnose, des constellations familiales… Il existe une multitude de thérapies possibles pour remédier à ce problème.

Insomnie et anxiété

Un des points capital avec les personnes anxieuses, c’est qu’elles ont toujours besoin de contrôler. De contrôler leur vie, leurs émotions et tout ce qui leur arrive. De ce fait, elles sont dans le contrôle permanent. Mais le contrôle est absolument l’antithèse du lâcher prise dont on a besoin pour s’endormir.

Donc, si vous cherchez à contrôler votre endormissement, ce ne sera pas possible. Pour vous endormir, vous devez lâcher prise. Cela peut être très inconfortable pour la personne qui a toujours tout contrôlé, car il n’en a pas l’habitude.

Lorsque l’on lâche prise, on développe une souplesse d’adaptation qui permet d’être beaucoup plus sûr de soi. On trouve donc ici un grand paradoxe : en lâchant prise, on contrôle mieux.

Ce qui fait flipper les personnes qui ont besoin de tout contrôler, c’est que quand elles dorment elles ne contrôlent pas. Cela peut être particulièrement dérangeant pour une personne qui aime tout contrôler. Dans ces cas-là, il y a un travail à faire sur soi, pour comprendre ce besoin de contrôle afin d’en déterminer les causes.

Ce qu’il s’agit changer c’est l’anxiété, la peur, et la transformer en confiance. Mais il faut bien se rendre compte que l’anxiété est une distorsion de la réalité. La réalité n’est pas agressive. Il n’y a rien qui nous agresse. Bon, de temps en temps il y a un crétin qui nous crie dessus, oui ça arrive… mais ce n’est pas grave.

On vit dans un pays en paix, même si beaucoup de choses pourraient aller mieux… On peut travailler, on peut se nourrir, se loger, se payer ces choses. Donc, l’anxiété est une distorsion de la réalité dans laquelle on transforme les choses que l’on voit. Personnellement, j’ai eu dans ma vie des périodes d’anxiété, un peu dépressif, des périodes assez noires. Je regardais les gens et j’imaginais qu’ils pensaient du mal de moi… En fait, je n’en savais rien du tout, je me faisais simplement un cinéma interne.

Ainsi, on projette ses peurs sur la réalité factuelle et cela devient une réalité virtuelle, une distorsion, qui va alimenter les angoisses internes pour se construire une anxiété. Et c’est justement parce que les problèmes d’anxiété ne sont pas réels qu’on peut très bien les traiter par l’hypnose.

On va débrancher cette irréel négatif, cet ancrage, pour brancher un irréel positif… parce que de toute façon tout est irréel. Lorsque vous pensez qu’un inconnu pour regarde d’un air sympa, c’est aussi un projection personnelle, une distorsion positive. Mais c’est beaucoup plus facile à vivre.

Et c’est là où se pose le choix, s’il y en a un, c’est de choisir la coloration de ses pensées, de regarder le monde de manière positive ou négative.

Insomnie et trauma

Une personne qui a des expériences de peur du noir, lorsqu’il était petit, va sans doute lui rendre le sommeil difficile. Son sommeil peut être vraiment perturbé, car la nuit, le noire est égale à Danger. Il y a beaucoup de gens qui dorment avec la télévision ou une lumière. Cela est dû dans la plupart des cas à une peur, voire à un trauma.

Il peut y avoir des expériences particulièrement traumatisantes lors de l’enfance, des blessures profondes liées à la nuit, au lit ou au sommeil. Et même si l’on ne s’en souvient pas, avec l’hypnose on peut retrouver cela.

Personnellement, j’utilise un type de questionnement qui me permet de repérer les émotions. Donc, même si une personne ne se souvient pas de son traumatisme, elle va avoir des souvenirs de mauvaise nuit qui se retranscriront en émotions et je les percevrai. Avec hypnose, je vais pouvoir retrouver cette émotion et la tirer comme une mauvaise herbe enfouie dans la terre. Parfois le souvenir revient entièrement et j’aide la personne à comprendre et à déterminer ce souvenir plus précisément.

Mais le but n’est pas que la personne se réveille de sa séance et se sente mal. Le but est que si un souvenir ressurgit, nous pouvons l’accueillir et le traiter. Il s’agit de savoir qu’est-ce que cette émotion, ce souvenir, peut apporter pour la remplacer par une autre émotion qui remplira le même rôle protecteur, tout aussi bien et même mieux.

Je peux constater que les troubles du sommeil sont fréquemment liés à un traumatisme de l’enfance.

Conseils pour un bon sommeil

Un conseil pour les personnes qui ont de la peine à s’endormir : si vous ne dormez toujours pas après 20 minutes, relevez-vous. Ne restez pas à tourner dans votre lit. Vous vous relevez et vous faites une activité calme. Vous pouvez lire, écouter un peu de musique, vous pouvez aussi cuisiner puis lorsque le sommeil arrive : plaquez tout et allez vous coucher.

Vous pouvez opérer de la même manière si vous vous réveillez au milieu de la nuit et que vous ne parvenez pas à vous rendormir. Il vaut mieux se lever et s’occuper calmement en attendant que la fatigue revienne.

Un autre conseil que j’avais envie de donner aux personnes qui ont vraiment de la peine à dormir, c’est de réserver le lit au sommeil. Je ne parle pas des ébats conjugaux qui ont tout à fait leur place dans un lit. Mais ne regardez pas la télé, ne manger pas dans le lit ni même ne lissez pas au lit. N’y faites rien d’autre que de dormir. Il faut que vous créiez un ancrage : lit égale dodo ou sexe uniquement.

Si on fait plein de choses dans le lit, le subconscient est perturbé et ne sait plus exactement ce qu’il doit faire dans un lit. Si vous avez le sommeil fragile, rétablissez cet ancrage que le lit est fait pour dormir… ou pour la galipette, bien sûr.

Ce que vous pouvez faire également pour vous aider à vous endormir, c’est d’imaginer que vous vous endormez à côté d’un bébé ou d’un petit enfant. Les enfant sont maître dans l’activité du sommeil, leur respiration et profonde et tranquille et ils peuvent nous en apprendre.

Vous pouvez donc imaginer un jeune enfant paisible à côté de vous, qui vous montre comment faire et vous aller vous en inspirer. Vous allez caler votre respiration sur la sienne. Vous pouvez même imaginer son parfum et partir avec lui.

Il y a une frontière entre l’éveil et le sommeil. Et vous pouvez imaginer votre frontière. Comment est-elle ? Ressemble-t-elle à la haie d’un jardin avec un petit portail, est-ce que c’est un mur avec une porte ? Est-ce que ça ressemble à deux pays avec une rivière qui les sépare et un pont ? Ou plutôt séparés par un gouffre et un pont suspendu ? Peu importe…

Chacun a sa manière de voir que d’un côté vous êtes éveillé… et qu’en passant le pont ou la porte, vous passez de l’autre côté, là où vous entrez dans l’autre monde et où vous partez dans le sommeil.

00

Répondre